Quel patron d’entreprise ne rêverait pas d’avoir des équipes proactives, agiles dans le changement, qui prennent des décisions pertinentes et qui innovent, sans cesse, pour créer de la valeur ? C’est une question de mindset mais pas que…

Beaucoup d’observateurs s’accordent à le dire, quatre compétences domineront la performance au 21ème siècle. Ce sont les fameux « 4C » : Critical ThinkingCreativityCollaborationCommunication. L’évolution de l’économie exige en effet un recours croissant à ces compétences cognitives et sociales. La rigueur et la capacité d’exécution restent importantes, mais elles ne suffisent plus. Il est désormais indispensable pour ceux qui sont aux responsabilités de savoir se remettre en question, improviser et inventer (1).

Rester à la pointe, c’est avoir toujours un temps d’avance et pour cela, il faut produire des idées neuves. C’est précisément l’objet de la créativité. Adulée — que l’on pense à Léonard de Vinci, Picasso ou d’autres artistes renommés — la créativité est pourtant assez méconnue. Ce n’est sans doute pas pour rien que s’est popularisé le terme concurrent de « pensée créative ». Cette expression a de quoi rassurer les décideurs en liant la créativité à un champ sémantique familier : pensée = vision, stratégie, décision, plan d’actions… Et voilà la créativité apprivoisée. On est loin du génie artistique !

La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés.

Louis Pasteur

Il est généralement entendu que la pensée créative facilite la résolution de problèmes (cf. la méthode du Creative Problem Solving) et qu’elle est source d’innovation. Pour autant, beaucoup de cols blancs sous-estiment ses potentialités. Il est aisé, en effet, d’apprécier les résultats d’un processus de résolution de problèmes ou d’un cycle de développement de produit. Il suffit pour cela de rapporter les résultats obtenus aux objectifs que l’on s’est fixés initialement. Mais comment juger de la valeur des opportunités manquées par défaut de créativité ? Les idées qui n’ont pas vu le jour, les résultats inattendus, les économies non prévues au budget n’ont pas leur propre comptabilité. C’est ainsi que des sociétés « bien gérées » peuvent perdre leur compétivité. La pensée créative est une compétence-clé pour tous ceux qui ne se contentent pas de l’existant. Ce sont les leaders de demain.

Hélène Huberty, Fondatrice de Learning addict

(1) L’on pourra se référer à ce sujet aux travaux prospectifs du World Economic Forum. A noter, en particulier, que la créativité (Creativity, Originality and Initiative) occupe le 3ème rang, parmi les dix compétences les plus demandées en 2022 (The Future of Jobs Report 2018, Table 4, page 12). Quant aux 4C mentionnées dans cet article, leur succès est tel qu’elles ont été intégrées par l’OCDE dans le référentiel d’évaluation des compétences des étudiants, parmi douze compétences clés.