Vous avez prévu de revisiter votre stratégie ? Soyez sûrs d’associer à votre réflexion des personnes créatives.

Construire l’avenir, c’est imaginer différentes évolutions de l’environnement, envisager l’imprévisible, préparer des stratégies et leurs alternatives. Un esprit créatif préfère l’exploration des possibilités à une vision unique, s’intéresse davantage ce qui pourrait être qu’à ce qui est, et ne se rallie pas par défaut au consensus. C’est pourquoi l’élaboration d’une vision d’avenir ne saurait s’en passer. Alors ne limitez pas votre think tank au Top management, qui a tendance — c’est humain ! — à défendre des décisions passées, ni même aux meilleurs experts, qui parfois hélas se perdent dans les détails. Pensez « vision globale », « divergence », « pavé dans la mare »… et invitez à votre table les personnes qui incarnent le mieux ces attitudes.

Si nous ne pouvons prévoir l’avenir avec précision, nous devons alors posséder la souplesse suffisante pour affronter différents avenirs possibles.

Edward de Bono

Votre équipe est constituée ? Choisissez maintenant une bonne méthode de travail. Citons deux références :

Bookcover – Sprint:How to Solve Big Problems and Test New Ideas in Just Five Days, by Jake Knapp, John Zeratsky, Braden Kowitz
Bookcover – Playing to Win: How Strategy Really Works, by Roger L. Martin, A.G. Lafley, LJ Ganser

Ces méthodologies combinent des phases de divergence (ouvrir le champ des possibilités) et de convergence (évaluer et réduire ces possibilités) sollicitant deux modes de pensée distincts : la pensée créative et la pensée critique. La difficulté pratique, dans un groupe, consiste à jouer le jeu de l’alternance, en adoptant tous ensemble le mode de pensée propre à chaque phase sans mélange des genres. Ceci est loin d’être aisé, car les individus ont généralement une préférence pour l’un ou l’autre mode de pensée. En outre, la dynamique de groupe tend à excerber le style dominant.

Il peut donc être très utile de former ses équipes à l’exercice des différents modes de pensée voire de recourir à un animateur averti, pour un maximum d’efficacité.

Hélène Huberty, Fondatrice de Learning addict